vendredi 3 février 2017

Mépris et connerie

Encore une semaine calme.

Ou presque.

Mardi dernier, clash à la réunion d'équipe.

F.  fait le compte rendu d'un comité de suivi d'un dispositif d'insertion sociale.

A un moment, elle parle d'un Monsieur qu'elle a en suivi.

Un gitan qui ne sait ni lire, ni écrire.

Et pour lequel, elle pense que ce serait pas mal qu'il apprenne le français afin qu'il puisse assumer pleinement son rôle de père.

Ben ouais..

Et voilà que J. lui fait remarquer d'un air outré teinté d'une pointe acérée d'agressivité:

"C'est quoi ce truc de vouloir pour l'autre ? Ce Monsieur est libre, non ? Et puis, ça ne veut pas dire que c'est un mauvais parent !"

Heu...

Hou ! La ! La!

Et J. qui poursuit en parlant de sa propre histoire.

Que ses parents, qui d'après ce que j'ai compris, ne parlaient pas français, ont toujours assumé leur rôle de parents. 

Ce n'était pas vraiment le sens donné par F. 

Elle n'a jamais pensé que ce Monsieur est un mauvais père.

Je me permets d'intervenir.

Et donc, de donner mon point de vue.

En déclarant que notre rôle c'est, certes de ne pas imposer, mais d'informer et de faire réfléchir l'autre dans l'objectif qu'il puisse un jour se passer d'un travailleur social ou d'une tierce personne, et, donc, être à même de se débrouiller seul.

Qu'il devienne tout simplement le plus autonome possible à défaut d'être libre.

C'est dingue comme ce truc a pris une tournure disproportionnée.

Tout simplement parce qu'au lieu d'une écoute bienveillante, il y a du jugement. 

Lors d'une précédente réunion, J. souhaitait notre avis sur une situation.

Une dame qui voulait déménager mais toujours rester à Marseille.

Ben oui...

Je travaille à Marseille !  

Une dame, donc, qui expliquait avoir peur de représailles suite à une grosse affaire un peu mafieuse avec un procès en cours.

J. s'excitait et ne comprenait pas pourquoi cette dame voulait rester sur Marseille.

J. voulait qu'elle parte, qu'elle quitte la ville pour sa sécurité.

Mais cette dame refusait fermement.

Heu....

Alors là ??

En terme de respect du choix de l'autre: ZÉRO ! 

En fait, j'ai tout de suite compris que J. parlait de sa propre peur et qu'elle projetait son mal être au travers de cette situation.

Plusieurs d'entre nous avons tenté de la "raisonner".

Elle se serait sentie jugée.

Hé ben !

Qui juge qui ??

De toute façon, c'est très hypocrite de clamer qu'en tant que travailleur social, nous ne sommes pas dans le jugement.

Je passe mon temps à juger, à évaluer en échangeant, en observant et donc, en construisant une pensée subjective.

Que je voudrais la plus objective.

Sans doute une totale illusion...

M'enfin..

Cette après-midi, discussion avec M.

Enfin...

Discussion???

Si on veut...

M. a la manie de déverser sur toutes les personnes qu'elle suit.

Une dame l'appelle.

J'écoute malgré moi leur échange.

Je comprends que cette dame souhaite être aidée car son logement serait insalubre ou indécent, et, elle veut rapidement trouver un autre logement, social de préférence.

M. hausse le ton.

J'ai cru qu'elle allait littéralement crier.

M. lui dit qu'elle ne peut pas l'aider.

Qu'elle doit écrire au propriétaire pour lui faire part du problème lié au logement qu'il loue.

Que si elle relevait du Droit au logement opposable et qu'elle était reconnue prioritaire, elle serait OBLIGEE d'accepter la première proposition de logement qu'un bailleur social lui ferait même si c'est dans une cité "qui craint ".

Heu ?? 

Arghhhh !!!

Ça c'est vraiment de l'écoute bienveillante !!!

J'ai bien senti au ton employé par M. que ça la faisait franchement "CHIER" !

Autant l'écrire !

Une fois, l'échange téléphonique terminé, M. déverse son énervement.

Mouais...

J'ose pas lui dire que j'en ai un peu rien à fiche de SON énervement.

Blablabla.

A un moment, M. me dit que cette dame pourrait aller travailler à présent, parce que son mari, qui ne travaille pas, pourrait s'occuper de leur bébé de 8 mois.

Tout ça parce que cette dame a eu le malheur de se plaindre de ne pas avoir assez d'argent.

Ça coûte cher un enfant et je dis à M. qu'elle est bien placée pour le savoir.

Ce à quoi, elle rétorque: "c'est pour ça que je travaille !"

Mouais, mouais.... 

Pauvre conne !

Elle qui ose se plaindre, avec envie et mépris, de ne pas bénéficier d'une bourse d'étude pour ses filles.

Ben...

C'est trop inzuste !

Ben oui !

On est "pauvre" avec 5 000 euros de salaires à deux 

Arrête de travailler alors !!!

Mais quelle CONNE !!!!

OUIIII !!

OUAIS ! 

Ça fait vraiment du bien de dire du mal d'une conne !!

En fait, cotoyer quotidiennement une idiote comme elle - et, hélas, il y'en a d'autres ! - rend mon travail pénible certains jours.

Je supporte de moins en moins les gens qui se plaignent pour rien. 

Posté par Secret Jade à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 10 novembre 2016

Rien à raconter

Ou presque.

L'envie d'écrire me fuit.

Semaine relativement calme.

Excepté ce matin où une connasse de collègue se prend d'envie de venir faire un café alors que j'étais en plein entretien.

Une vraie connasse perchée sur de hauts talons qui se la pète plus haut que son gros cul !

Pffffouuuuuu...

Y'a vraiment des claques qui se perdent.

Elle peut me mépriser autant qu'elle le veut.

Je m'en fiche !

Elle peut se la jouer supérieure à moi, elle n'est qu'une connasse de première.

Une bonne partie des collègues que je côtoie m'insupporte au plus haut point.

Rien ne les intéresse tant que de donner à voir aux autres une apparence proprette.

Mais dans le fond, elles ne sont qu'artifices.

Et faux semblants.

Engluées dans une pseudo originalité qui n'est que banal conformisme.

Wahouuu !

Ça fait du bien de se lâcher !

Posté par Secret Jade à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 17 juillet 2016

Tristesse

Les informations sur l'attentat de Nice se répètent.

Indéfiniment.

Sur tous les médias.

L'horreur.

Toujours les mêmes images.

Toujours les mêmes questions.

C'est bien gentil de chanter la Marseillaise.

Mais ce n'est pas un chant, ni même une minute de silence national qui rendra les gens plus ouverts aux autres, solidaires et altruistes.

Au contraire.

J'imagine un repli non dit.

Une défiance inconsciente.

Chacun ayant au fond de soi cette idée d'une violence qui peut éclater à tout moment, n'importe où.

Cela me rend encore plus morose que je ne le suis ces derniers temps.

Hier soir, sortie restaurant, en famille, dans la charmante ville désertée par les étudiants mais pas par les touristes.

Moins de monde qu'à une époque, où à 21 heures, les terrasse des cafés et restaurants étaient archibondées.

Idem sur le cours.

Une fois rentrée chez moi, je me suis dis que je n'avais pas eu de vrai plaisir à être en famille.

Ma nièce semble plus préoccupée d 'elle-même qu'autre chose.

Je pense que je ne serais jamais proche d'elle.

Pas grave.

Les sorties au restaurant me laisse de plus en plus indifférente.

C'est fou ça ?!

C'est ainsi.

C'est sans doute à relier à mon propre repli.

Le truc que j'interroge tous les jours.

Pourquoi ce repli ??

Est-ce un besoin de me protéger ? 

Posté par Secret Jade à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 8 juin 2016

Aaarghhhh !

burnout-300x199

Putain de job de merde aujourd'hui !

J'en ai eu plus qu'assez de cette dame, venue sur ma permanence, me demander tout un tas de trucs.

Qui s'énerve et qui , par ricochet, m'agace profondément.

"Vous êtes mon assistante sociale, vous devez m'aider !"

Ouais...

Ben..

Booooof !

Est - ce de ma responsabilité si elle a reçu le courrier du grand distributeur de prestations sociales en retard ?

Non !

Et elle me demande ça et encore ça.

Des photocopies en cinq exemplaires pour ces fichues demandes de logement social.

Une liste du patrimoine d'un bailleur social.

Un formulaire.

Une aide financière pour ses 100,00 euros de facture d'électricité.

"J'y ai droit une fois par an !"

Et elle se plaint.

Encore et encore !

J'ai eu le malheur de lui dire que là ça suffisait, que je n'allais pas passer mon après-midi à lui faire des photocopies.

Et son énervement est monté d'un cran.

Tout comme mon agacement.

Comme si l'assistante sociale devait se soumettre à tous ses caprices.

Et puis quoi encore !

Elle a haussé le ton.

Alors, j'en ai eu marre et je me suis levée pour aller en parler à la nouille de sous chef.

Elle a déclaré qu'elle ne voulait plus de moi comme assistante sociale.

Je lui ai répondu que moi non plus je ne voulais plus la suivre.

Et j'ai dit que j'allais me mettre en arrêt maladie à la nouille de sous chef.

Parce que j'en ai ras le bol.

Et que je ne suis pas psychiatre.

Il voulait s'entretenir avec moi.

J'ai refusé.

Pas eu envie d'entendre son laïus de mollusque.

Et je suis rentrée chez moi. 

J'ai rendez-vous demain matin avec mon médecin.

Qui j'espère me prescrira quelques jours d'arrêt.

Car là, j'en ai MAAAAARRRE !!!

Posté par Secret Jade à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 11 janvier 2016

Tu brodes...

Dit la mielleuse de service à sa stagiaire.

Ho !

Chouette !

C'est donc dans le mensonge qu'elle apprend le métier à la jeunette, réservée, mais pleine de bonne volonté.

Une fois, la mielleuse avait carrément falsifié la date d'un documment pour soit disant ne pas pénaliser un monsieur.

Elle l'a fait devant la stagiaire.

Qui n'a rien dit.

Pfffouuuu...

Je ne supporte pas cette attitude.

Car cela m'agace profondément.

Passons.

Mon ex m'a appelée hier.

Des mois sans signe de sa part.

Et voilà qu'il donne de ses nouvelles.

Il avait perdu sa liste de contacts quand son smartphone a rendu l'âme suite à une enième chute.

Et blabla sur tout, sur rien.

J'ai l'impression qu'il n'est pas très heureux.

Et moi ?

Suis je heureuse ??

Ma foi...

A vrai dire ?

Je ne sais pas.

Posté par Secret Jade à 22:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 7 décembre 2015

Ecoeurée...

einstein

Posté par Secret Jade à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 15 novembre 2015

C'est la guerre ??

Heu...

Peut être.

Une guerre contre le terrorisme c'est certain.

J'écoute France Inter.

Tout en pensant à ce qui s'est passé à Paris.

Tout comme pour Charlie, cela finira par se tasser.

Et chacun s'en retournera à ses petites préoccupations individualistes.

Après avoir déversé sa pseudo tristesse pour ceux qui n'ont pas directement vécu ces funestes évènements, histoire de se croire compatissants.

Alors, non, je ne suis pas Paris.

Tout comme je n'étais pas Charlie.

Bien sûr, je trouve ces attentats horribles.

Mais le fondement de ces actes trouve sa raison d'être, en partie, dans l'exclusion sociale.

L'exclusion dont chacun d'entre nous peut être le témoin silencieux au quotidien.

Et qui profite à un état religieux extrêmiste qui sait si bien enrôler les âmes perdues.

Et c'est cette exclusion que nous devons combattre.

Combattre l'injustice, les inégalités.

Posté par Secret Jade à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 28 octobre 2015

Supporter la connerie

De la collègue mielleuse devient compliqué.

Nous discutions du médecin du conseil départemental, une femme d'une cinquantaine d'année.

Ma position est celle de défendre les personnes que nous suivons.

Et de faire remonter à sa direction ce qu'il en est.

Sans, bien sûr, donner de nom.

Nous ne sommes pas des délateurs.

Et nous ne sommes pas les seuls à avoir eu écho de ce mépris.

La collègue mielleuse déclare qu'il faut des preuves.

Je lui dit que plusieurs personnes m'ont témoigné de l'attitude odieuse de ce médecin.

Au point de refuser de la rencontrer à nouveau.

Elle estime que cela ne suffit pas.

Que nous n'avons pas assister aux entretiens entre ces personnes et le médecin.

Que fait-elle de la parole de ces personnes que nous suivons, que nous connaissons, avec lesquelles nous avons développer une relation de confiance ?

Rien visiblement !

Je me pose la question de la considération qu'elle a envers les gens qu'elle suit.

Cette méfiance m'interroge fortement.

Ou plutôt cette crainte qu'elle a envers cette pseudo autorité.

Elle avait même émis l'idée que ce serait bien que les allocataires concernés viennent témoigner à la prochaine réunion qui aura lieu la semaine prochaine, avec la directrice, et son équipe, du service décisionnaire dont nous dépendons.

N'importe quoi !

Tout ça pour ne pas se mouiller.

Quelle lâcheté !

Ça me révolte !

Évidemment, encore une fois, elle me fait passer pour la vilaine, la mauvaise aux yeux de la jeune collègue qui partage notre bureau. 

Qu'importe !

La roue tourne.

Et il arrivera un moment où les autres se rendront compte de ce qu'elle est vraiment.

Une hypocrite manipulatrice égocentrique.

Je crois bien que je suis un chouia énervée !

Posté par Secret Jade à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 20 octobre 2015

La haine

La collègue mielleuse s'imagine que je suis loin de deviner qui elle est vraiment.

Je l'observe.

J'écoute son blabla pseudo intellectuel culturé.

Sous culturé plutôt.

Qui, en fait, est bien creux.

Elle s'essaie à employer et construire des expressions toutes faites trouvées dans ses bouquins de méditation.

En dehors de ça et d'elle-même, rien ne l'intéresse.

Elle est incapable d'émettre une critique constructive sur un film par exemple.

Elle se construit un royaume de paille en se montrant gentille avec celles en qui elle a décelé une petite faille narcissique.

Elle les vampirise l'air de rien.

Pour ce qui est de moi, je pense qu'elle me hait.

Oui !

Carrément.

Car je ne suis pas dupe de ses gesticulations manipulatrices pour se rendre populaire.

A une époque, elle "achetait" l'amour des autres en payant à chaque fois l'addition du bar.

C'en était devenu tellement génant que certaines refusaient de sortir avec elle.

Comme nous partageons le même bureau, je suis bien obligée de la supporter.

Elle a fait en sorte de devenir super copine avec les deux autres collègues: la peucherette et la jeune obsessionnelle.

Elle veut asseoir son semblant de domination.

Je la regarde faire.

Et je reste égale à moi-même.

Posté par Secret Jade à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 18 septembre 2015

Dry martini

Musique...

Se  reposer enfin.

Loin de la détresse des gens.

Qui me touche beaucoup trop quelques fois. 

Loin de la connerie des collègues.

De leur lâcheté.

De leur hypocrisie.

De leur égoïsme.

Je suis en quête.

Toujours.

Cette quête de sincérité.

Que je ne suis plus très sûre de trouver....

Et je fume.

Posté par Secret Jade à 21:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,