vendredi 3 février 2017

Mépris et connerie

Encore une semaine calme.

Ou presque.

Mardi dernier, clash à la réunion d'équipe.

F.  fait le compte rendu d'un comité de suivi d'un dispositif d'insertion sociale.

A un moment, elle parle d'un Monsieur qu'elle a en suivi.

Un gitan qui ne sait ni lire, ni écrire.

Et pour lequel, elle pense que ce serait pas mal qu'il apprenne le français afin qu'il puisse assumer pleinement son rôle de père.

Ben ouais..

Et voilà que J. lui fait remarquer d'un air outré teinté d'une pointe acérée d'agressivité:

"C'est quoi ce truc de vouloir pour l'autre ? Ce Monsieur est libre, non ? Et puis, ça ne veut pas dire que c'est un mauvais parent !"

Heu...

Hou ! La ! La!

Et J. qui poursuit en parlant de sa propre histoire.

Que ses parents, qui d'après ce que j'ai compris, ne parlaient pas français, ont toujours assumé leur rôle de parents. 

Ce n'était pas vraiment le sens donné par F. 

Elle n'a jamais pensé que ce Monsieur est un mauvais père.

Je me permets d'intervenir.

Et donc, de donner mon point de vue.

En déclarant que notre rôle c'est, certes de ne pas imposer, mais d'informer et de faire réfléchir l'autre dans l'objectif qu'il puisse un jour se passer d'un travailleur social ou d'une tierce personne, et, donc, être à même de se débrouiller seul.

Qu'il devienne tout simplement le plus autonome possible à défaut d'être libre.

C'est dingue comme ce truc a pris une tournure disproportionnée.

Tout simplement parce qu'au lieu d'une écoute bienveillante, il y a du jugement. 

Lors d'une précédente réunion, J. souhaitait notre avis sur une situation.

Une dame qui voulait déménager mais toujours rester à Marseille.

Ben oui...

Je travaille à Marseille !  

Une dame, donc, qui expliquait avoir peur de représailles suite à une grosse affaire un peu mafieuse avec un procès en cours.

J. s'excitait et ne comprenait pas pourquoi cette dame voulait rester sur Marseille.

J. voulait qu'elle parte, qu'elle quitte la ville pour sa sécurité.

Mais cette dame refusait fermement.

Heu....

Alors là ??

En terme de respect du choix de l'autre: ZÉRO ! 

En fait, j'ai tout de suite compris que J. parlait de sa propre peur et qu'elle projetait son mal être au travers de cette situation.

Plusieurs d'entre nous avons tenté de la "raisonner".

Elle se serait sentie jugée.

Hé ben !

Qui juge qui ??

De toute façon, c'est très hypocrite de clamer qu'en tant que travailleur social, nous ne sommes pas dans le jugement.

Je passe mon temps à juger, à évaluer en échangeant, en observant et donc, en construisant une pensée subjective.

Que je voudrais la plus objective.

Sans doute une totale illusion...

M'enfin..

Cette après-midi, discussion avec M.

Enfin...

Discussion???

Si on veut...

M. a la manie de déverser sur toutes les personnes qu'elle suit.

Une dame l'appelle.

J'écoute malgré moi leur échange.

Je comprends que cette dame souhaite être aidée car son logement serait insalubre ou indécent, et, elle veut rapidement trouver un autre logement, social de préférence.

M. hausse le ton.

J'ai cru qu'elle allait littéralement crier.

M. lui dit qu'elle ne peut pas l'aider.

Qu'elle doit écrire au propriétaire pour lui faire part du problème lié au logement qu'il loue.

Que si elle relevait du Droit au logement opposable et qu'elle était reconnue prioritaire, elle serait OBLIGEE d'accepter la première proposition de logement qu'un bailleur social lui ferait même si c'est dans une cité "qui craint ".

Heu ?? 

Arghhhh !!!

Ça c'est vraiment de l'écoute bienveillante !!!

J'ai bien senti au ton employé par M. que ça la faisait franchement "CHIER" !

Autant l'écrire !

Une fois, l'échange téléphonique terminé, M. déverse son énervement.

Mouais...

J'ose pas lui dire que j'en ai un peu rien à fiche de SON énervement.

Blablabla.

A un moment, M. me dit que cette dame pourrait aller travailler à présent, parce que son mari, qui ne travaille pas, pourrait s'occuper de leur bébé de 8 mois.

Tout ça parce que cette dame a eu le malheur de se plaindre de ne pas avoir assez d'argent.

Ça coûte cher un enfant et je dis à M. qu'elle est bien placée pour le savoir.

Ce à quoi, elle rétorque: "c'est pour ça que je travaille !"

Mouais, mouais.... 

Pauvre conne !

Elle qui ose se plaindre, avec envie et mépris, de ne pas bénéficier d'une bourse d'étude pour ses filles.

Ben...

C'est trop inzuste !

Ben oui !

On est "pauvre" avec 5 000 euros de salaires à deux 

Arrête de travailler alors !!!

Mais quelle CONNE !!!!

OUIIII !!

OUAIS ! 

Ça fait vraiment du bien de dire du mal d'une conne !!

En fait, cotoyer quotidiennement une idiote comme elle - et, hélas, il y'en a d'autres ! - rend mon travail pénible certains jours.

Je supporte de moins en moins les gens qui se plaignent pour rien. 

Posté par Secret Jade à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 29 janvier 2017

Je vieillis...

C'est pas très bon

Non.

Même pas bon du tout.

Ça me donnerait presque envie d'en finir tout de suite.

Ce que je ne ferais pas.

Pour le moment.

Y'a pire.

Je le sais bien.

Mais tout de même.

C'est pas bon de vieillir.

Pourquoi est-ce que je pense à ça aujourd'hui ?? 

Posté par Secret Jade à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 6 janvier 2017

Tu vois ce que je veux dire

C'est l'expression favorite de M.

La collègue plaintive et égoïste.

Je n'avais pas vraiment fait attention à ce tic de langage jusqu'à présent.

Mais, je ne sais pas pourquoi, cette expression s'est fixée dans mon esprit.

Elle l'utilise beaucoup.

Il faut toujours qu'elle nous raconte un truc.

Truc pas vraiment transcendantal.

Elle tenait à nous montrer sa commande du moment dont elle attend avec impatience le colis.

Colis qui serait apparemment en perdition...

Une paire de chaussures.

Heu...

Moche.

Enfin...

Moche à mon gout.

Je ne suis pas du tout objective évidemment.

Et je me suis bien sûr abstenue de le lui dire !

Hi ! Hi ! Hi !

J'ai juste dit que ça lui correspondait.

Une petite photo du modèle ?

Mustang

Même pas en cuir !

Hi ! Hi ! HI !

Bon..

Fini de me moquer! 

C'est po bien !

Et sinon ?

Mon ex m'envoie ses voeux par texto.

Tiens ?

Je croyais qu'il m'avait oubliée.

La dernière fois que j'ai eu de ses nouvelles, en novembre, ce n'était pas génial.

Il venait de faire un infarctus.

Guère étonnant.

Je lui avais dit à maintes reprises de faire attention.

Entre la cigarette et le surpoids et son apnée du sommeil, il avait de gros risques.

Il a subi quatre interventions.

Avec la pose de stents et d'un pacemaker.

Il est toujours en convalescence.

Je pense qu'il ne pourra plus retravailler comme avant.

Il sera sans doute reclassé.

Et moi ?

Je procrastine intensément.

La prise de sang attend toujours...

Posté par Secret Jade à 21:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 19 mai 2016

Besoin intense de légèreté

Trois jours de travail.

Trois jours de désespérance.

Trois jours où j'ai passé mon temps à écouter et tenter de rassurer les personnes reçues.

Cette dame qui n'a plus rien depuis février.

Qui a redéposé des documents qu'elle avait déjà donner.

Une aide financière lui a bien été accordée.

Mais il est fort possible que la banque ai tout pris pour combler un découvert.

Une autre dame qui ne perçoit plus rien depuis ce mois ci.

Qui a redéposé, elle aussi, tout un tas de documents pour son dossier.

Elles attendent ...

Toujours attendre.

Et comment vivre durant cette attente ??

Un monsieur qui veut une aide financière parce qu'après avoir payé son loyer, il ne lui reste pas grand chose pour vivre décemment jusqu'au prochain versement du RSA.

Le grand distributeur de prestations sociales est en plein délire.

A contrôler à tout va.

A demander je ne sais combien de fois un document déjà transmis.

 A suspendre le versement de prestations.

De toutes les prestattions.

En laissant les gens dans une détresse aigue.

Leur demandant de rembourser des sommes qu'ils n'ont pas.

Et nous devons à chaque fois tenter de trouver une solution.

J'ai une montagne de dossiers à traiter !

Sur la route du retour, je mets la musique à fond.

Et je chante comme une casserole pour me changer les idées.

Je suis épuisée.

Je sens, qu'à ce rythme, je vais faire une dépression carabinée...

Ouf !

C'est le week end !

© Matt Crump

Posté par Secret Jade à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 29 avril 2016

Laissez faire le système

Me dit, au téléphone, l'agent de développement local d'insertion concernant une jeune femme.

Une jeune femme qui est auto-entrepreneuse dans la coiffure et dont c'est le métier depuis longtemps.

Cet agent, au langage châtié, m'informe que la jeune femme va être invitée par un organisme pour la suite de son suivi lié au RSA.

Bof !

Parce que ce serait bien qu'elle développe son activité professionnelle actuelle ou alors qu'elle retourne vers un emploi salarié.

Mouais...

Ben...

Re BOF !

J'explique très brièvement la situation de cette jeune femme qui doit soutenir ses deux parents qui ont des problèmes de santé sérieux.

C'est la raison pour laquelle le statut d'auto entrepreneur lui permet une certaine disponibilité pour justement apporter un soutien à ses parents.

L'agent, qui est une femme, me dit alors: "laissez faire le système"

Arghhhhh !

Je suis restée la plus zen possible.

Alors qu'elle me tenait un discours pseudo pertinent sur cette décision, prise bien sûr par sa direction, ou plutôt par le nouvel adjoint à la directrice, je n'ai pu m'empêcher de lui dire: "oui laissons faire le sysytème, système qui nous engloutira tous un jour !"

Je ne suis pas certaine qu'elle ai compris le sens de ce que je lui ai dit.

Misère !!

C'est la loose totale en ce moment.

La période est aux restrictions budgétaires.

Il n'y a plus de fric dans les caisses du département et les premiers à en faire les frais sont les allocataires du RSA.

Mais également une partie des associations qu'elles soient culturelles, sociales, sportives ou autre.

Notre directeur s'est fendu d'un compte rendu sur le budget.

Moins 25 % !

Va falloir faire des économies.

C'est pas plus mal !

Quand je vois le gaspillage de papier, d'électricité, je me dis que mes collègues s'en foutent royalement du moment que ce ne sont pas elles qui paient les factures.

Le jour où elles devront acheter leurs propres stylos, elles s'en ficheront nettement moins.

Cela me rappelle la peucherette qui déclarait que c'était à l'employeur de fournir le matériel pour travailler et que, non, elle n'achèterait rien.

Mais elle a bien embarqué une paire de ciseaux ainsi qu'une agrafeuse, et cela en douce.

Quelle honnêté!

Misère !

Si cela se trouve, nous serons tous au chômage dans quelques mois...

Posté par Secret Jade à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 26 mars 2016

Palpitation...

Emballement ?

Non, pas vraiment.

Déraison ?

Illusion ?

Sensation ?

Emotion ?

Mouais...

Désintégration ?

Un jour sûrement....

Posté par Secret Jade à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 30 mai 2015

Ma mère est chiante

Oui !

Super chiante !

Elle m'appelle ce matin car elle veut passer me donner un truc.

Bon...

Ok.

Elle sonne avec insistance.

Elle veut me parler de l'achat de mon logement.

Elle me dit que si je fais un procès au voisin, un restaurateur, ça me coutera cher et que de toute façon il est sur son terrain et que s'il enlevait la terrasse, il y aurait surement de gros camions garés devant ce qui finalement serait tout aussi gênant pour moi.

Ho !

Parce que les camions resteraient garés 24 heures sur 24 ??

Non mais vraiment du grand n'importe quoi !!

Je lui réponds que ce cher monsieur n'a sûrement pas eu d'autoristaion de la mairie, et encore moins de permis de construire,  pour bâtir sa terrasse, de plus de 20 m2 en bois, collée devant un bout de ma baie vitrée du rez de chaussée.

Et j'ajoute, qu'au train où vont les choses, je vais finir par abandonner ce projet d'achat.

Pfffouuuuu....

Non mais, qu'est ce qu'elle m'énerve !!

Je me rends compte, de plus en plus, hélas, qu'elle ne prendra jamais ma défense.

Que ce qu'elle me "donne" est une manière de se dédouaner de sa culpabilité, de sa lâcheté.

Il faut vraiment que je me décide, une bonne fois pour toute, à m'éloigner d'elle, de mon super connard de beau père pour être enfin en paix.

Respirons un grand coup !

C'est l'heure de l'apéro, non ?

Oui !

Posté par Secret Jade à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 19 mai 2015

La vie c'est aussi la mort...

Lundi, je suis arrivée en retard au bureau.

Ma jeune collègue, M., était en larmes.

Tout un tas de collègues s'affairait autour d'elle.

La mielleuse est en congés.

Heureusement.

Une fois le calme revenu, je lui demande ce qu'il ui arrive.

Elle me dit alors qu'une tante est décédée durant le week end.

Rupture d'anévrisme.

Mort brutale.

Elle est quand même venue travailler, pensant se changer les idées.

Je lui conseille de rentrer chez elle pour faire son deuil auprès de sa famille, toute aussi bouleversée qu'elle.

Mais elle culpabilise.

Elle a plein de dossiers en attente.

 Ha non !

Hors de question de culpabiliser !

Elle n'est de toute façon pas en état d'assurer ses rendez-vous.

La peucherette a pris en charge le premier rendez vous de la matinée prévu à 8 heures 30.

M. n'a pas eu la force d'aller en parler tout de suite au sous-chef.

Qui a appris la nouvelle par la peucherette qui s'est empressée de lui dire qu'elle prenait en charge son premier rendez-vous.

Et lui a demandé ce qui était prévu pour les autres rendez-vous.

Par la suite, la blonde de service est venue dans le bureau, a consolé M. et a décidé qu'elle devait rentrer chez elle.

La blonde de service est allé voir le sous-chef.

Qui alors est venu et a dit à M. qu'elle pouvait s'absenter.

M. s'en est allée le coeur lourd. 

Ce n'est qu'à 10 heures et demie qu'il est revenu pour nous demander si on pouvait prendre en charge deux personnes qui n'avaient pu être contactées pour annuler.

Impossible pour ma part.

La peucherette étant en conversation téléphonique n'a pu lui répondre.

Le sous-chef s'en va sans oublier de me demander de voir avec la peucherette si elle a un creneau de libre.

Je lui pose donc la question.

Elle me répond sur un ton angoissé, coléreux, agacé qu'elle lui a dit qu'elle ne pouvait pas.

Et elle soupire.

C'était confus au possible côté organisation et prise de décision.

Je n'ai pas compris pourquoi le sous-chef n'est pas venu tout de suite s'informer auprès de M quand il a su.

Une nouille !

M. est venue travailler aujourd'hui.

Elle a sans doute ressenti le besoin d'être utile et entourée par d'autres que sa famille.

Cette après-midi, réunion du mardi.

J'arrive avec un peu de retard.

La peucherette s'est précipitée juste avant moi, histoire de ne pas être la dernière.

Intervention d'un partenaire, déjà présent assis en bout de table.

Plus de place disponible exceptée celle destinée en principe au sous-chef, à côté du partenaire.

Je vais donc pour m'y asseoir mais je demande auparavant au sous-chef, qui s'est positionné sur le côté, s'il ne souhaite pas plutôt prendre la place qui lui est en principe désignée.

Il me répond non.

Tout le monde s'est mis à rire.

Ma foi ?!

Et il passera la réunion entière ainsi même après le départ du partenaire.

Je trouve cela très significatif d'un manque certain d'assurance et d'autorité de sa part.

M'enfin...

Demain, M. enterrera sa tante à 8 heures 30...

Cela me laisse pensive.

Moi qui suis toujours en vie.

Faudrait peut être que je me décide à revoir mon médecin...

Posté par Secret Jade à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 20 mars 2015

Nan mais pfffouuuuuu....

Ouf !

Enfin en week end !

Gros gros gros soupir de fatigue.

Ce matin, j'arrive au bureau et je vois que les rideaux ont été tirés.

Il faisait gris nuageux.

La collègue peucherette me dit alors:"Je suis un peu chiante mais c'est à cause de l'éclipse"

Heu...

Ouais...

Et donc ???

Il est vrai qu'elle est malvoyante.

Ben...

Moi, c'est pas mieux !

Je suis très myope, astigmate, presbyte et amblyope.

En plus, j'ai eu un décollement de la rétine à chaque oeil, heureusement opérés avec succès.

Et rajoutons à cela, une opération de la cataracte à un oeil.

C'est dire !

Mais, de là à croire qu'elle va devenir aveugle à cause d'une éclipse, c'est du très très grand n'importe quoi !!

Une éclipse qu'elle ne regardera même pas !

Elle a même ajouté qu'elle serait partie plus tôt de chez elle pour éviter le soleil !

Non mais là, j'avoue que je me suis dit qu'elle avait le cerveau en état de décomposition avancée pour dire de telles sornettes.

Parce qu'en plein été, elle ne craint pas de devenir aveugle ???

Je n'en peux plus de sa bêtise.

Et, dans la journée, elle a pousuivi dans son attitude de peuchère.

Elle n'a pas envie de faire une enquête pour une expulsion.

D'ailleurs, j'en ai une aussi à faire.

Elle déteste faire ce genre de trucs de toute façon.

Elle s'affole très vite pour rien.

Comme si on allait lui faire des reproches.

Elle estime que le bailleur public est un peu trop zélé avec une dame qui a une dette de loyer de seulement 500 euros.

Je lui ai dit, qu'à mon avis, ce bailleur en avait sûrement assez de tous ces locataires en retard de loyers.

"Oui, mais tu comprends, elle envoie de l'argent au pays pour aider sa famille"

Ouais, je comprends.

Mais elle est censée être responsable, non ?

Alors, à un moment, il faut bien qu'elle assume sa dette.

Et surtout, qu'elle en assume les conséquences possibles.

A ma pause cigarette de l'après midi, musique dans les oreilles, voilà que je dois écouter l'autre peucherette de service.

Qui se plaint qu'une dame s'est vue ajournée son contrat d'insertion.

Mais qu'est ce que j'y peux !!

Elle a enchaîné alors même que je ne l'écoutais pas.

Elle est très douée pour parler dans le vide.

Elle s'écoute se plaindre.

Et elle a continué de plus belle sur la situation d'un homme que j'ai reçu hier et qu'elle avait en suvi il y a quatre ans.

Le mec totalement à l'ouest, obnubilé par son passé et son fils autiste hyperactif.

Limite clochard et alcoolisé en plus !

Arghhhhh !

 Je l'ai écouté cet homme en désespérance.

Mais je ne vois pas trop comment je pourrais l'aider.

Je ne sais pas ce qui se passe.

Mais je trouve qu'il y a de plus en plus de désespérés.

Alors...

Une dame gravement malade qui essaie tant bien que mal de supporter son état de santé défaillant.

Une autre qui vient d'apprendre qu'elle a un nouveau problème de santé et qu'une de ses soeurs, qui réside à l'étranger, a un cancer.

Une autre dont le fils a un problème de santé grave aussi, et, elle qui tarde à s'occuper d'elle-même et qui finira par complètement craquer un jour.

Et dont un autre fils s'est pris un coup de couteau dans le foie et qui a retiré sa plainte par peur de représailles.

Une autre jeune femme qui n'ose plus sortir de chez elle.

Et une autre encore qui m'avoue ne pas être sortie de chez elle durant un mois entier.

Déjà qu'avant, elle restait une semaine entière enfermée chez elle.

Et d'autre encore...

Ben...

Je ne suis pas gâtée !

Je sais bien que mes collègues ont elles aussi des personnes en désespérance.

Mais moi, j'en peux plus !

Et je fais avec.

Il le faut bien.

Beaucoup se sont inquiétés pour moi et m'ont demandé ce que j'avais eu.

Je leur ai dit.

En même temps, selon ce que je porte comme vêtement, on voit bien ma cicatrice.

J'ai vu à leur regard que ça les avait touchés.

Une jeune femme m'a dit qu'elle ne voulait que moi pour la suivre.

Ma remplaçante n'a semble-t-il pas été à la hauteur.

Bon...

C'est gratifiant.

Pourtant, je ne fais pas de cadeaux !!

Je leur dis franchement ce qu'il en est de leur situation si je pense que ce n'est pas top. 

Je crois que j'ai bien besoin d'un petit remontant !

Hips !

Je vais finir alcoolique ! 

Un petit merci à mes lecteurs réguliers !

Si ! Si !

Je vous voie !

Et toi, là bas ? 

A l'autre bout de la planète.

Est-ce qu'il fait beau à Moutain View ?? 

Posté par Secret Jade à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 10 août 2014

Se retrouver soi...

... N'est pas chose facile.

Mercredi dernier, j'ai passé la soirée avec le futur expat, P. 

Soirée sympathique mais sans plus.

Un peu d'affection donnée et voilà.

Entre nous, c'est clair se faire du bien et pas d'attachement.

Jeudi soir, sortie café concert avec le groupe et P. également.

Blablabla autour de plusieurs verres.

Rentrée après 1 heure du mat.

Vendredi soir, soirée barbecue improvisée chez une nana du groupe, toujours avec P.

Nana très sympa d'ailleurs.

Nous étions une huitaine.

Le noyau dur du groupe.

Et la soirée s'est prolongée jusqu'à cette après midi.

Entre apéro bien arrosé, blabla sur les histoires glauques qui se passent au sein du groupe.

Il s'avère qu'un membre du groupe est dans la manipulation.

Qu'il a bien semé la zizanie.

Qu'il n'en veut qu'au fric des nanas.

Tout ça pour vivre à leurs crochets.

Qu'il boit.

Bref, qu'il est dans le mensonge.

Hier soir, repas pizzeria au bord de l'eau.

Le manipulateur en question a quitté la soirée complètement ivre.

Et s'est fait contrôlé positif à la sortie d'un village.

Voiture immobilisée et retrait de permis.

Il n'a cessé de téléponer pour qu'on vienne le chercher.

Il est finalement rentré en taxi.

Quasiment toutes les discussions de ce week end étaient focalisées sur lui.

P. qui était proche de lui a décidé de mettre une grande distance avec lui.

Au début de l'après midi, j'ai eu un coup de blues.

Entre la fatigue, l'alcool et ces prises de têtes, je me suis sentie soudainement triste.

Et très seule.

Du coup, j'ai décidé de rentrer.

Au fond, je me sens plus seule à présent qu'avant d'avoir rencontré toutes ces personnes.

C'est super chiant à vivre...

Posté par Secret Jade à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,