jeudi 30 mars 2017

Humeur morose

Mais...

Youpi !

C'était le dernier jour pour la stagiaire.

Egocentrique.

Chiante.

J'ai pondu une évaluation correcte.

Je n'ai pas voulu être sévère.

Je suis trop gentille.

Je crois que je ne prendrais plus de stagiaire avant un moment.

Ça demande de l'énergie.

Et un self control.

Qui me pèsent un peu.

Je n'ai pas aimé sa façon "l'air de rien" de vouloir une bonne évaluation.

Cet aspect intéressé m'horripile.

Et ma collègue F. qui n'en peut plus de son mari.

Complètement névrosé.

Qui a peur d'aller à Barcelone pour les congés scolaires.

Qui se plaint d'avoir trop de choses à faire.

Alors qu'il prend tout son temps, d'après F., pour ne rien faire.

Excepté prendre soin de son petit ego.

Misérable au possible.

Et ma collègue M. qui se la joue top professionnelle.

Pleine de courage.

Alors qu'elle est d'une lâcheté sans nom.

Et menteuse avec ça !

Elle ose dire à la stagiaire qu'elle fait toujours lire ses avis motivés aux personnes qu'elle a en suivi.

Je ne l'ai jamais vu faire ça.

Non.

Jamais.

Ch'uis pas gâtée !

Qui d'entre nous est la plus névrosée ??

Photo ©David Harriman

PS: à L. je ne t'oublie pas, c'est juste que je suis très lente, quelques fois, pour répondre...

Posté par Secret Jade à 21:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 17 mars 2017

Semaine épuisante

Je n'ai pas arrêté une minute.

Entre les rendez-vous.  

Les appels. 

Les demandes à traiter. 

J'ai tout un tas de dossiers encore en attente.

Une dame a débarqué sans prévenir.

Elle veut que je la reçoive immédiatement.

Pour m'annoncer qu'elle est sans domicile depuis un mois.

Un huissier l'aurait "menacée". 

Son histoire est compliquée.

Elle n'a pas été d'une très grande honnêteté lorsqu'elle avait signé son contrat de location.

Elle dort à présent dans une voiture.

Et merdoum !

C'est la troisième personne que j'ai en suivi qui se trouve dans cette situation.

Je lui conseille de se domicilier administrativement au centre communal. 

Dans l'attente, je ne peux pas faire grand chose.

Hélas...

Elle refuse de faire appel au 115.

Elle pleure... 

Elle dit qu'elle n'a plus rien pour manger.

Je lui donne quelques tickets resto.

Cela faisait des mois que je lui conseillais de rechercher un logement moins cher.

A chaque fois, elle répondait qu'elle allait s'en sortir.

Qu'elle allait trouver un emploi.

Mais rien n'a évolué.

Pffffouuuuu...

Je suis impuissante face à sa détresse.

La seule bonne nouvelle de cette semaine fut un accord pour une aide financière de 300 euros pour une dame malade qui après avoir régler son loyer, trop cher, doit faire un choix entre payer sa facture d'électricité ou manger.

Lorsque je lui ai annoncé la décision, elle a dit que je suis un ange pour elle.

Heu... 

Non. 

J'essaie juste de faire mon travail du mieux que je peux.

Et c'est de moins en moins évident vu le peu de moyens dont on dispose.

J'étais si fatiguée que je suis rentrée directement chez moi.

J'ai grignoté d'un bout de fromage et de pain. 

Regarder les infos.

Et direct au lit ! 

D'oú j'écris 

©Harry Gruyaert

Posté par Secret Jade à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 3 février 2017

Mépris et connerie

Encore une semaine calme.

Ou presque.

Mardi dernier, clash à la réunion d'équipe.

F.  fait le compte rendu d'un comité de suivi d'un dispositif d'insertion sociale.

A un moment, elle parle d'un Monsieur qu'elle a en suivi.

Un gitan qui ne sait ni lire, ni écrire.

Et pour lequel, elle pense que ce serait pas mal qu'il apprenne le français afin qu'il puisse assumer pleinement son rôle de père.

Ben ouais..

Et voilà que J. lui fait remarquer d'un air outré teinté d'une pointe acérée d'agressivité:

"C'est quoi ce truc de vouloir pour l'autre ? Ce Monsieur est libre, non ? Et puis, ça ne veut pas dire que c'est un mauvais parent !"

Heu...

Hou ! La ! La!

Et J. qui poursuit en parlant de sa propre histoire.

Que ses parents, qui d'après ce que j'ai compris, ne parlaient pas français, ont toujours assumé leur rôle de parents. 

Ce n'était pas vraiment le sens donné par F. 

Elle n'a jamais pensé que ce Monsieur est un mauvais père.

Je me permets d'intervenir.

Et donc, de donner mon point de vue.

En déclarant que notre rôle c'est, certes de ne pas imposer, mais d'informer et de faire réfléchir l'autre dans l'objectif qu'il puisse un jour se passer d'un travailleur social ou d'une tierce personne, et, donc, être à même de se débrouiller seul.

Qu'il devienne tout simplement le plus autonome possible à défaut d'être libre.

C'est dingue comme ce truc a pris une tournure disproportionnée.

Tout simplement parce qu'au lieu d'une écoute bienveillante, il y a du jugement. 

Lors d'une précédente réunion, J. souhaitait notre avis sur une situation.

Une dame qui voulait déménager mais toujours rester à Marseille.

Ben oui...

Je travaille à Marseille !  

Une dame, donc, qui expliquait avoir peur de représailles suite à une grosse affaire un peu mafieuse avec un procès en cours.

J. s'excitait et ne comprenait pas pourquoi cette dame voulait rester sur Marseille.

J. voulait qu'elle parte, qu'elle quitte la ville pour sa sécurité.

Mais cette dame refusait fermement.

Heu....

Alors là ??

En terme de respect du choix de l'autre: ZÉRO ! 

En fait, j'ai tout de suite compris que J. parlait de sa propre peur et qu'elle projetait son mal être au travers de cette situation.

Plusieurs d'entre nous avons tenté de la "raisonner".

Elle se serait sentie jugée.

Hé ben !

Qui juge qui ??

De toute façon, c'est très hypocrite de clamer qu'en tant que travailleur social, nous ne sommes pas dans le jugement.

Je passe mon temps à juger, à évaluer en échangeant, en observant et donc, en construisant une pensée subjective.

Que je voudrais la plus objective.

Sans doute une totale illusion...

M'enfin..

Cette après-midi, discussion avec M.

Enfin...

Discussion???

Si on veut...

M. a la manie de déverser sur toutes les personnes qu'elle suit.

Une dame l'appelle.

J'écoute malgré moi leur échange.

Je comprends que cette dame souhaite être aidée car son logement serait insalubre ou indécent, et, elle veut rapidement trouver un autre logement, social de préférence.

M. hausse le ton.

J'ai cru qu'elle allait littéralement crier.

M. lui dit qu'elle ne peut pas l'aider.

Qu'elle doit écrire au propriétaire pour lui faire part du problème lié au logement qu'il loue.

Que si elle relevait du Droit au logement opposable et qu'elle était reconnue prioritaire, elle serait OBLIGEE d'accepter la première proposition de logement qu'un bailleur social lui ferait même si c'est dans une cité "qui craint ".

Heu ?? 

Arghhhh !!!

Ça c'est vraiment de l'écoute bienveillante !!!

J'ai bien senti au ton employé par M. que ça la faisait franchement "CHIER" !

Autant l'écrire !

Une fois, l'échange téléphonique terminé, M. déverse son énervement.

Mouais...

J'ose pas lui dire que j'en ai un peu rien à fiche de SON énervement.

Blablabla.

A un moment, M. me dit que cette dame pourrait aller travailler à présent, parce que son mari, qui ne travaille pas, pourrait s'occuper de leur bébé de 8 mois.

Tout ça parce que cette dame a eu le malheur de se plaindre de ne pas avoir assez d'argent.

Ça coûte cher un enfant et je dis à M. qu'elle est bien placée pour le savoir.

Ce à quoi, elle rétorque: "c'est pour ça que je travaille !"

Mouais, mouais.... 

Pauvre conne !

Elle qui ose se plaindre, avec envie et mépris, de ne pas bénéficier d'une bourse d'étude pour ses filles.

Ben...

C'est trop inzuste !

Ben oui !

On est "pauvre" avec 5 000 euros de salaires à deux 

Arrête de travailler alors !!!

Mais quelle CONNE !!!!

OUIIII !!

OUAIS ! 

Ça fait vraiment du bien de dire du mal d'une conne !!

En fait, cotoyer quotidiennement une idiote comme elle - et, hélas, il y'en a d'autres ! - rend mon travail pénible certains jours.

Je supporte de moins en moins les gens qui se plaignent pour rien. 

Posté par Secret Jade à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 10 novembre 2016

Rien à raconter

Ou presque.

L'envie d'écrire me fuit.

Semaine relativement calme.

Excepté ce matin où une connasse de collègue se prend d'envie de venir faire un café alors que j'étais en plein entretien.

Une vraie connasse perchée sur de hauts talons qui se la pète plus haut que son gros cul !

Pffffouuuuuu...

Y'a vraiment des claques qui se perdent.

Elle peut me mépriser autant qu'elle le veut.

Je m'en fiche !

Elle peut se la jouer supérieure à moi, elle n'est qu'une connasse de première.

Une bonne partie des collègues que je côtoie m'insupporte au plus haut point.

Rien ne les intéresse tant que de donner à voir aux autres une apparence proprette.

Mais dans le fond, elles ne sont qu'artifices.

Et faux semblants.

Engluées dans une pseudo originalité qui n'est que banal conformisme.

Wahouuu !

Ça fait du bien de se lâcher !

Posté par Secret Jade à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 19 octobre 2016

Sirène hurlante

Dans la zone où j'habite.

Oui.

J'habite dans une zone.

Pas dans une zup.

Pas dans une zac.

Dans une zone où l'activité s'arrête à la tombée de la nuit.

Journée qui a vu débarquer la dame brune.

Qui habite à quelques rues.

Qui vient souvent dans l'affollement.

Sans rendez-vous.

Gros gros problème de voisinage.

Violence verbale et physique.

Et diverses menaces.

Intervention de la police.

Chouette !

Elle ne se souvient plus si elle a porter plainte ou pas.

Elle a peur de représailles.

Evidemment, elle veut déménager.

Très très vite !

Je la comprends.

Mais je n'ai aucune solution de relogement dans l'immédiat.

Ni même à moyen terme.

Pffffouuuuu....

Elle pourrait être hébergée par une de ses filles.

Qui ne demande que ça.

Elle refuse fermement.

Catégoriquement !

Elle ne veut pas s'éloigner de son logement.

Elle a peur que ses voisins squattent son appartement.

Re Pffffouuuuu...

En attendant, elle vit dans l'angoisse.

Je lui conseille, avec insistance, de réfléchir à l'idée d'en parler à ses filles.

Le plus rapidement possible.

Et moi...

Je me sens totalement impuissante...

Posté par Secret Jade à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 18 octobre 2016

Sress

Au bureau.

Réunion.

Avec rien de constructif.

Blabla insipide de la nouille de sous-chef.

Qui ne pense qu'aux procédures.

Sans se questionner sur notre rôle.

Collègue qui veut nous faire part d'une situation.

Mais qui manque de recul.

Qui transpose ses propres désirs sur l'autre.

Qui n'est pas dans l'écoute.

Mais pas du tout !

Je crois qu'elle a besoin de consulter.

Et moi de décompresser... 

Posté par Secret Jade à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 13 octobre 2016

Alors aujourd'hui...

J'ai reçu une jeune femme pour une aide financière liée au logement.

Elle me raconte que le matin, à 11 heures, elle a subi un braquage.

Elle est caissière dans un magasin de bricoles diverses et variées.

Un jeune à casquette et capuche a surgi, un flingue à la main, et l'a menacée.

Il a pointé son flingue sur son front.

C'est la deuxième fois que cela lui arrive.

Le vigile était en pause.

Son patron en train de décharger de la marchandise à l'arrière du magasin.

La police lui a immédiatement conseillée, au delà de la plainte, de consulter un psychologue.

Elle ne l'avait pas fait la première fois.

Et était retournée travailler le lendemain.

"J'avais vraiment besoin d'argent" me dit-elle.

C'était 2 mois après le décès de son père.

Je lui ai conseillé de voir son médecin.

De se mettre en arrêt quelques jours.

Et de prendre rendez-vous avec un psychologue.

Assez rapidement.

Elle a peur.

Peur de croiser le braqueur dans la rue, qu'il l'a reconnaisse.

Elle a à peine 20 ans.

Et sinon ?

Je me suis encore portée volontaire pour accueillir 2 stagiaires.

La nouille de sous-chef craint que cela soit une charge trop lourde pour moi.

Bof !

Il hésitait sur l'une d'entre elle.

Se posant des questions.

Limite dans le jugement de valeur.

Moi, je me concentre sur ce que je pourrais apporter à une future professionnelle.

Et je vois cela comme un échange, voire une remise en question par un regard extérieur sur ma pratique.

Car, je crois que j'ai tendance à toujours procéder de la même manière.

Alors que mon travail demande une constante adaptation.

Et puis, je ne suis pas spécialement débordée de travail.

Bon !

Un peu de musique pour penser à autre chose qu'au boulot.

Posté par Secret Jade à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 23 septembre 2016

Elle pleure

Elle me dit que sa fille lui manque.

Et les larmes coulent le long de ses joues.

Sa fille de 21 ans est partie faire ses études à Nice, l'année dernière.

Elle a perdue une amie dans l'attentat de cet été.

Et a décidé de partir à Nancy pour poursuivre ses études.

Elle me dit qu'elle ne connait pas l'adresse de sa fille.

Là bas, à Nancy.

Qu'elle a très peu de nouvelles d'elle.

Elle ne sort plus de chez elle.

La dernière fois qu'elle est sortie, c'était accompagnée d'un proche pour aller à un rendez-vous chez son psy.

Il y a trois mois.

Depuis, elle est restée enfermée dans son cocon.

Protecteur.

C'est son fils qui fait les courses.

Son fils avec lequel il n'y a pas de réels échanges.

Je lui demande si elle se sent seule.

Oui.

Très seule.

Elle n'en peut plus de sa souffrance.

Et elle pleure à nouveau.

Elle ne dort plus la nuit.

Elle n'a plus de traitement.

Depuis trois mois.

Son médecin généraliste a fermé son cabinet du jour au lendemain.

Elle voudrait en finir.

Une bonne fois pour toute.

Heu....

Je comprends.

Je lui donne l'adresse d'un centre médical proche de chez elle.

Ainsi que les coordonnéees du service spécialisé gratuit.

Elle me dit qu'elle prendra rendez-vous.

Je reste disponible si elle avait besoin de parler.

Elle me remercie.

Et me serre la main.

Sa main est molle.

Moite.

L'image qui me vient en tête c'est celle d'un fantôme.

Une âme perdue.

Et je retourne à mon bureau.

Perdue dans mes pensées.

Le coeur gris de tristesse.

Posté par Secret Jade à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 7 septembre 2016

Je suis épuisée....

Lorsqu'arrive la fin de la journée.

J'ai reçu une dame qui n'a pas payé ses factures d'énergie depuis un an !

Elle me dit qu'elle a un découvert de 300 euros tous les mois.

J'en ai reçu une autre qui ne peut pas payer sa facture d'électricité de 658 euros.

Et dont une coupure est programmée.

Elle est obligée de payer 50% de cette facture pour pouvoir demander une aide financière.

Nouveau réglement depuis le 01 juillet.

Pfffouuuuu.....

Et un monsieur qui vient sans rendez-vous pour une aide à l'accès au logement.

Un monsieur que je n'ai plus en suivi depuis trois mois car il perçoit des indemnités de chômage.

Il a signé un bail pour un autre arrondissement.

Je ne suis pas censée faire cette demande d'aide étant donné son changement de ressources et d'arrondissement.

Mais, comme je suis plutôt gentille, oui je le suis !, je vais instruire cette demande.

Car s'il attend un rendez-vous avec une assistante sociale de l'arrondissement où il a emmenagé, il dépassera les délais pour déposer cette demande.

Ouais...

C'est complexe !

Alors, je me transforme en bénévole.

De plus en plus...

Un peu trop...

Mais c'est le métier que j'ai choisi.

Et un autre qui me prend la tête avec "c'est mes droits !"

Ben ouais...

Et alors ??

Il oublie qu'un droit est accordé si les conditions d'octroi le permettent.

Je crois qu'il prend des médocs qui doivent le shooter un peu trop.

Et encore trois personnes qui attendent toujours la régularisation de leur dossier par le grand distributeur de prestations.

Et qui peuvent bien crever de faim en attendant.

J'en ai marre !!!

Et le pompom, c'est devoir supporter les plaintes incessantes de mes deux collègues.

Qui toutes deux se trouvent confrontées à l'égoïsme de leur époux, et semblent en difficulté pour affirmer leurs choix.

Entre l'un qui ne pense qu'à sa musique au détriment de sa vie de famille et l'autre qui se prend le choux pour un rien, je me dis que je suis vraiment bien seule.

M. a passé toute l'après-midi à se plaindre que son mari n'avait pas envie d'aller chercher leurs deux filles à la sortie de l'école primaire, deux fois par semaine, sous le prétexte qu'il n'aurait plus de temps pour lui, pour sa musique.

Elle, elle prétexte que ses filles rentrent fatiguées et sont intenables jusqu'au coucher.

Je crois surtout qu'elle ne veut pas avouer qu'elle non plus n'a pas envie de faire cet effort.

Et qu'elle n'a pas du tout envie de les suporter une fois rentrée chez elle.

Et renvoie un peu la responsabilité sur son mari qui quitte son travail plus tôt deux fois par semaine.

Qui est le plus égoïste des deux ?!

De ce que j'ai cru comprendre, c'est surtout elle qui voulait des enfants.

Lui, il a du y réfléchir.

Merci la spontanéité du désir !

C'est chouette la vie de famille !

Vivement le week end !!

Posté par Secret Jade à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 27 juillet 2016

J'en ai marre

Marre de ceux qui se plaignent alors qu'ils sont très loin d'être dans la misère.

D'ailleurs, ceux qui sont dans la misère gardent leur dignité et ne demandent rien.

Hélas !

Marre de mes deux collègues.

L'une passe son temps à soupirer et à râler.

Et l'autre à se plaindre et à râler.

Ch'uis pas gâtée !

Et moi à les supporter !

Heureusement que je suis en congés demain soir.

Pour quatre semaines.

Etre Loin de la désespérance.

Et de l'esprit négatif de mes collègues.

Me ressourcera.

Enfin...

Je l'espère...

Parce qu'en ce moment, c'est un peu la désolation. 

The Attic, 1921- © Edward Weston

Posté par Secret Jade à 19:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,