Séance psy en fin de journée.

Blabla sur les situations du moment auxquelles je suis confrontée.

La perte de la flamme.

Et mon repli sur la solitude.

Toujours et encore.

Il me demande si j'éprouve des émotions.

Heu..

Oui quand même !

Et du plaisir ?

Heu..

Bien sûr !

Des plaisirs solitaires.

Des plaisirs simples.

Avec moi-même.

Ce qui me suffit.

Il me dit alors que je semble être assez peu actrice de ma vie.

Heu..

Mouais....

Qu'entend-il par là ??

La question qui me vient à l'esprit est la suivante: doit-on absolument être "actif" pour se croire acteur de sa vie ??

Est-ce que le choix délibéré d'être en retrait, de vivre en solitaire n'est il pas en soi un acte de vie ??

Cela me renvoie au sens de la vie.

Au sens de ma propre vie.

D'ailleurs faut-il donner un sens à sa vie ?

Au fait, à quoi ça sert de vivre ?