Il fait froid.

Gris et moche.

J'ai été d'une humeur plus que morose ces deux dernières semaines.

Comme j'en ai marre de me sentir exclue au sein de mon propre bureau, j'ai décidé d'en changer.

Je le ferais dans une semaine lorsque deux de mes collègues seront en congés.

Je n'aurais plus à subir l'hypocrisie de la mielleuse de service et les pleurnicheries de la peucherette lâche et égoïste.

A force de vouloir résister, je me perds.

Et je me rends compte que je m'appauvris à leur contact.

J'ai mis un temps fou à me décider.

Tout ça par fierté, voire orgueil.

Qu'est ce que j'ai pu être bête de vouloir résister aussi longtemps...